csm_vd_pontaise_publicationmarino_1_stad

LA PONTAISE,
VOS HISTOIRES...

La Pontaise, tout simplement...

 

VOTRE XI:
DE LA PONTAISE

50_52.jpg
Book_Mockup_02.jpg

LA PONTAISE:
UN STADE, DES HISTOIRES

1981
MAILLOT RETRO LS X LCS

14C40BDE-3D05-4D87-9FEE-E358271C13D5-6D2
DSC_9353-scaled (2).jpg

LA PONTAISE:
MERCHANDISING

 

JE PARTAGE MON SOUVENIR

Profitez-en pour nous partager tous vos souvenirs dans ce mythique stade. Nous publierons ensuite les meilleurs anecdotes, parce que vos souvenirs sont tout aussi importants que ceux des joueurs et entraineurs. Le stade à pu vivre des moments inoubliables et c'était grâce à vous!

 

VOUS VOUS SOUVENEZ...

LS a participé pendant quelques saisons, à la coupe des Alpes. Ça devait-être en 1976 ou 77?! Le LS devait jouer contre l’ OGC de Nice qui possédait un joueur yougoslave dont j’oublie le nom ..... à cette époque j’étais domicilié à Ste-Croix et j’ai décidé de me rendre à la Pontaise à vélo . Je suis arrivé au stade une bonne heure avant la rencontre et un peu étonné de ne pas entendre de musique des haut-parleurs et autres activités d’avant match?!?! J’ai fais le tour du stade fermé, avant de lire une affiche sur lequel était noté la date et l’heure du match . En fait, je me suis rendu compte, que j’avais une semaine d’avance !!!!!...... retour difficile à Ste-Croix en vélo , sans voir de match !!!! Mais suis redescendu la semaine d’après . J’ai vu des centaines de matchs à la Pontaise mais c’est un grand et merveilleux souvenir d’un match qui n’a pas eu lieu le jour que je pensais !!!

ERIC MULLER

Mon coeur à commence battre pour le LS 1981 devant la télé pour la final de cup Zurich -LS. Merci Robert Kok��Mon premier match à la Pontaise j oublierais jamais. J avais 10ou 11 ans. J habite encore en Suisse allemande. Mes parents avait organisé un week-end à Lausanne. Le match LS -Sion. 1-1.Un super week-end. Après j ai tellement des bon souvenirs de la Pontaise. Les soirée avec le fans club BWFK. On as même dormis au milieux du Stade sur le terrain ��Une page ce tourne. Je me réjouis de découvrir le nouveau Stade. Allez LS for ever

MARCO FLORE

Les matchs à la Pontaise... Les meilleurs souvenirs de ma vie. Quand tout le monde se levait pour un but, l’entrée des joueurs, rencontrer des amis dans l’enceinte du stade et bien plus encore. Jamais je n’oublierai cette Pontaise qui nous a fait rêver des années.

LOUIS PIGUET

La disparition de mon cousin lors de la seconde periode du match Lausanne-Sport - St-Gall. Il a préféré regarder la 2eme mi-temps sur le petit ecran au onze d'or, une bière à la main, pour éviter le terrible froid de la plaine du loup.

ANTONI TURRIAN

Je me rappel d'un match entre LS et Servette où notre gardien Eric Burgener à été promu comme centre avant et avait marqué 2 goals certes LS avait pris une correction et je me rappel aussi d un match où Durr avait caché son ballon sous son pull c'était la grande équipe Ambruster kerkhof Durr Tacchela et là on voyait un autre football

DANIEL SIMECEK

Mon premier souvenir avec ce stade a été a l’âge de 6 ans lorsque mes parents m’ont emmené voir mon premier match de l’équipe de suisse le 6 septembre 1997. Après ce stade et moi, il y a que des bons souvenirs, car j’ai été voir pleins de matchs du LS avec des membres de ma famille et depuis 3 ans maintenant, je m’y rendais avec ma copine pour soutenir le LS. Le stade de la Pontaise restera à jamais dans ma mémoire et dans mon coeur. Je n’oublierais jamais ce stade.

CYRIL PAPAUX

Chère Pontaise, Hier soir, j’ai vu, malheureusement à la TV, ton dernier match avec le LS.

A cause de ce satané virus, la fête d’adieu n’a pas eu lieu. Ma présence n’aurait pas pu être possible, car je l’ai attrapé ce Covid.

Cela fait bientôt quarante ans que je te connais. Au début des années 1980, j’ai commencé à suivre mon papa aux matchs. J’en ai vécu des émotions chez toi, avec des concerts, de l’athlétisme et des matchs internationaux. Mais pour moi tu représentes le Lausanne-Sports, section football, avec ou sans « s ». Il me semble que mon premier match, c’était Lausanne-Zurich. J’ai commencé à être passionné par le club phare du canton, et chaque fois qu’une journée de championnat arrivait, j’avais plaisir à monter au stade.

Et puis pendant ces années-là, j’ai commencé à jouer avec les juniors du LS. Je n’étais pas très fort, mais j’ai appris l’esprit d’équipe. Un soir, où il faisait très froid, j’ai été ramasseur de balles, pour Lausanne-Aarau, et je me rappelle avoir pris le ballon une fois pour le donner au joueur John Dario. En ce qui concerne le club, c’est lors de la saison 1989-1990, que j’ai encore plus vibré.

Une équipe sensationnelle s’était créée, avec un entraîneur et des joueurs exceptionnels. Lausanne finit deuxième du classement, à égalité de points avec le grand GC. Je me rappelle du tour sur la piste cendrée des joueurs, à la fin du dernier match contre Lucerne (victoire 3-0), ce fut un souvenir mémorable. Puis les années ont passé, avec deux victoires en Coupe de Suisse (1998 et 1999). Et puis patatras, en 2003, le LS historique qui connaît la faillite. Un dernier match est organisé chez toi, avec des anciennes vedettes du club, et une grande tristesse nous envahit.

Mais le Lausanne-Sport renaît de ses cendres, et après quelques années difficiles, l’équipe revient en Super League. Par contre chère Pontaise, tu commençais à devenir vieille. La Ville a essayé de te rénover plusieurs fois, mais c’était plus du bricolage qu’autre chose. Les spectateurs ne t’aimaient pas trop. C’est vrai que lorsqu’arrivait les première bises de l’automne, on était souvent frigorifié.

Mais tu avais une âme, et c’est cela qui faisait ton charme. Maintenant tu vas être remplacée par la Tuilière, j’ai eu la chance de voir cette nouvelle enceinte se construire, j’habite tout près. Je me réjouis de me retrouver dans ce nouveau stade. Mon dernier match, ce fut Lausanne-Zurich, le 3 octobre 2020, et cette superbe victoire de 4-0 !

Merci chère Pontaise, tu as été un endroit magique ! Je dédie ce texte à mon papa Frédéric Romanens, qui connaît la Pontaise depuis ses débuts, et qui va toujours voir les matchs.

SEBASTIEN ROMANENS

C’était en mai 1982, la saison qui avait suivit la victoire en coupe contre Zurich avait été assez compliquée. LS jouait un match des mal-classés contre le FC Bulle, dans un championnat à 16 équipes qui s’appelait la LNA. Quand le spicker annonçait 8’000 spectateurs, le public était déçu de cette maigre affluence... En ce qui concerne la qualification contre l’Ajax, il me semble qu’à Amsterdam Ajax gagne 3 à 2 dans les arrêts de jeux, LS passe grâce aux buts à l’extérieur.

MARCEL ROSSIER

Hiver 1964. Ce dimanche après-midi mon père m’emmène pour la première fois à La Pontaise. Il a un peu neigé la veille. Il fait beau. On regarde le match depuis les pesages, debout, à hauteur de terrain. Ce joueur, il a des jambes formidables. Loin du but, il frappe. Un boulet de canon. Les filets tremblent. La « latte » aussi. Sous la violence du tir, elle oscille sans fin et envoie voltiger quelques flocons blancs sur fond de ciel bleu.... La foule exulte: c’est « Robi » Hosp qui a marqué pour le Lausanne-Sport !

YVES GRINGET

Né à Genève mais fou du LS Un souvenir d’un match contre Sion; une Pontaise glacée car il faisait très froid, un LS sous l’ère Simone. Magnifique victoire arrachée d’un coup de tête libérateur. La Pontaise, malheureusement peu garnie, avait exulté; c’est vraiment là que j’ai ressenti l’histoire du LS et son stade. Depuis abonné et toujours raide dingue de mon club. Une page se tourne mais jamais nous n’oublierons ce magnifique écrin qu’est la Pontaise

ALAIN MORETTI

Le XI de la Pontaise ne reflète pas les bons moments que nous avons passés dans le stade. Je pense notamment aux seigneurs de la nuit champion suisse en 1965 (Grobéty, Tachella, Hunziker, Schneiter, Durr, Hosp, Hertig et j'en passe ) Avec des amis nous avions fondé un groupe en 1969 (à Bâle où nous travaillons) et avons suivi tous les matches du LS à travers la Suisse. (le LS avais fini vice-champion) J'ai plusieurs albums de photos à votre disposition.

CHARLES GAUDIN

Mes débuts en LNA avec Bertine Barberis comme entraîneur et chaque fois que je revenais à la Pontaise petit pincement au cœur. Le LS m a donné ma chance dans ce stade Olympique

DAVID VERNAZ

Mes premiers souvenirs de la Pontaise ce sont les matches en soirée avec la grande équipe des seigneurs de la nuits Richard Durr Hosp Kerkof f etc et surtout les debut pour moi d'un génie Gabet Chapuisat .une page se tourne et j'espère pouvoire vibrer avec mon petit fils dans le nouveau stade comme j'ai eu du plaisir avec mon papa dans cette chère et vénérable Pontaise

LUC TREBOUX

J'habitais en Suisse et j'étais supporter du LS. Mon souvenir (malheureusement pas joyeux). La finale à Berne (arrêtée quelques minutes avant la fin). Les joueurs se sont assis sur la pelouse suite à un penalty sifflé contre le LS. Perte du match par forfait 3-0. L'autre souvenir est un déplacement à Bâle où il fallait gagner pour être champion, mais une cruelle défaite sur le score de 4-1 si ma mémoire est bonne. Deux joueurs restent dans mes souvenir : Richard Dur et Chapuisat.

CHRISTIAN FIEVEZ

C’était le début du printemps 1981, La voiture familiale passe devant le stade olympique un peu par hasard. Mon père, un vieux supporter du LS, qui venait à la Pontaise en vélo depuis son village natal de Vullierens dans les années 60, arrête le véhicule. Une bouffée de nostalgie l’envahît lui qui n’avait plus assisté à un match depuis ma naissance et celle de mon frère cadet. Et il décide alors de franchir ces grilles, qui m’impressionnent tellement, avec nous ces deux fils. Immédiatement je suis subjugué puisque je n’ai jamais rien vu de si grand, de si majestueux, de si beau... Je lui demande alors: »Papa, c’est quoi ce bâtiment ? » et il me répond le regard pétillant: « le Stade Olympique ». Mes yeux dévorent ces hauts murs de béton où quelque chose m’attire irrésistiblement. Sur les parois des affiches sur lesquelles 0n peut lire:: « prochain match Lausanne-Sports-CS Chênois ». Mon père nous dit alors: « et si on allait voir ce match ensemble ? » . Mon frère et moi on tressaille de joie et rendez-vous est pris pour le week-end suivant. Ce premier match, gagné 3 à 1 contre le futur relégué me laissera un souvenir inoubliable; depuis pendant les presque 40 prochaines années, dont la première ponctuée de l’inoubliable Coupe Suisse, je n’en ai que très peu raté. A chaque fois lorsque je passe les grilles, même pour un match sans enjeu par temps glacial, je ressens le même tressaillement du cœur qu’au printemps 1981...

JEAN-BLAISE ROGGEN

Un stade mythique, une belle histoire, avec beaucoup de souvenirs, avec un public très exigeant, qui aime le beau foot, et une presse très critique. Je ne peux pas oublier ce lendemain de notre victoire en Coupe en 81, cette communion et ce brunch avec les fans dans les travers plein de la tribune Nord. Inoubliable et un grand Merci à Charly Hertig Maintenant le LS a la chance d’avoir un très bel outil pour le futur, pour retrouver les sommets du foot suisse et réécrire une belle histoire ... Gérard Castella Joueur 1979-1982 Entraîneur 2003-2006

GERARD CASTELLA

Pur genevois mais fou du LS!!! Mon plus grand souvenir n’est pas positif car il s’agit de ce fameux match pour le titre perdu 5-2 contre Servette en 1999.Nous méritions de gagner ce titre cette année là et j’étais sûr que nous allions l’avoir! Quel d’enchantement à la fin du match! J’espère désormais vivre enfin un titre dans le nouveau stade.

NICOLAS PENNEVEYRE

Entre mon premier match en été 1990 et le dernier en automne 2020 dans ce magnifique stade, c'est difficile de ne donner qu'un seul souvenir il y en a tellement. Les coupes d'Europe, les matchs incroyables que l'on pensait jamais jamais gagné. De choisir qu'un seul souvenir c'est impossible Mais la Pontaise restera à jamais gravée dans mon cœur. ❤

STEPHANIE RAMADANI

Des souvenirs à La Pontaise? J'en aurais des tonnes... Celui qui me vient d'abord, c'était la première fois que j'y ai vu un match, en 1986 ou 1987. Une sortie en famille avait vu la victoire du LS contre La Chaux-de-Fond ! Après, je me souviens de mon premier match européen contre la Gantoise et le rouleau entre les jambes pris par "le chat" Stefan Huber, j'étais aux places debout juste à côté de La Tribune sud. Et aussi ce fameux match de juin 1999 et la défaite contre l'ennemi juré du bout du lac. Pour finir en beauté, je me souviens d'avoir attendu les joueurs à la sortie des vestiaires avec mes cousins joueurs du LS en juniors, des magnifiques moments !!

NICOLAS PERRIN

Par la radio, Squibbs(Me Marcel Suès), j'ai entendu parler du stade Olympique de la Pontaise à l'occasion du match inaugural contre l'Uruguay le 23 mai 1954. J'habitais Lucerne. Le 17 juin 1954, c'était la coupe du monde et devant la télé du bistrot du coin, j'ai assisté au match Suisse-Italie. Quel bonheur. Mais mes yeux d'enfants s'écarquillèrent bien davantage le 17 septembre 1955 ou, après s'être déplacés de Lucerne à La Pontaise en VW, j'ai pu voir ce magnifique stade et assister au match Suisse-Hongrie. (3-5). J'ai vu mes idoles et le bruit du moteur de la VW au retour s'est largement perdu dans mes rêves ... Et je m'en souviens comme si c'était hier....

ROGER VIRET

Il y en a eu des centaines de matches du LS à la Pontaise qui m'ont marqué à jamais. Championnat Coupes d'Europe et même de l'Equipe de Suisse. Mais le jour qui m'a le plus ému est bien sûr sans conteste celui où j'ai demandé la main de mon épouse, un jour de mai 2009, en plein milieu du rond central. A la mi-temps d'un match contre La Chaux-de-Fonds ou YS. Mais que de péripéties pour en arriver là ! Tout d'abord, il a fallu convaincre mon épouse de se rendre au stade. Chose extrêmement compliquée, car pas fan de foot et encore moins du LS. Je prétexte donc un petit concert d'une artiste qu'elle adore. Arrivés au stade, que ne m'entends-je pas dire ?! Que le micro HF nécessaire pour parler au milieu du terrain, ne fonctionne pas. Alors que j'avais bien tout mis en oeuvre afin que tout soit ok.... Après une bordée au responsable, je m'assure sans trop y croire qu'il ne s'agit tout simplement pas d'un problème de piles. Je cours donc à la station-service voisine pour m'en fournir. Essai 1-2... Essai 1-2-3.... Et Miracle ! Cela fonctionne ! Un simple "problème" de piles. Merci pour la frayeur... Arrive la mi-temps. Convaincre mon épouse de descendre, avec notre petit "bouèbe" de 5 mois dans les bras, au bord du terrain "Mais oui, tu pourrais voir l'artiste de près !". Après âpre négociations, j'y parviens. En fait, changement de plan, il faut accueillir l'artiste au Centre du terrain. Va pour se diriger vers le centre après de nouvelles et dures discussions. Et là......... le jet d'eau automatique se met en marche ! M..... le micro ! Qu'on ne me dise pas que cette fois-ci, à ce moment-là, au moment où tout le monde nous voit nous diriger vers le centre du terrain, le micro va effectivement être... HS ! Une demande de mariage ruinée à cause de l'arrosage automatique, vous y croyez vous ?! La main tremblante comme jamais - ça aurait pu faire un tube de l'époque -, j'allume le micro. Ouf ! Cela fonctionne. La demande peut commencer. Un cri dans la foule au moment où je m'agenouille.... Et la réponse tant attendue... : OUI ! J'en ai vibré des centaines de fois à la Pontaise mais ce jour-là, restera bien entendu comme le plus marquant de toute ma vie dans ce stade.

LIONEL BRULHART

La Pontaise... Et bien, comment dire. C'est toute ma vie ou du moins une bonne partie de ma jeunesse. En tant que supporter, mon meilleur souvenir de match reste la victoire incroyable en coupe UEFA en 1990 contre la Real Sociedad (3-2 alors qu'on perdait 0-2 à la mi-temps). C'était le premier match du LS en coupe d'Europe depuis longtemps et la Pontaise était archi-comble. J'avais déjà connu la Pontaise pleine avec l'équipe Suisse notamment contre l'Italie et la France mais là... c'était pour le LS. et c'est un souvenir inoubliable, Ils avaient annoncés officiellement plus de 20'000 spectateurs mais en réalité il y' en avait plus de 28'000,. Je le sais car, en tant que junior du LS à cette époque, j'étais ramasseur de balles et vendeur de programme avant les matches. On devait ainsi ramener le solde de nos ventes au caissier. Il m'avait alors avoué que pour ne pas payer trop cher la taxe "dédié au droit des pauvres", taxe qui existe toujours aujourd'hui sur la commune de Lausanne, on annoncerait pas plus de 20 ou 25'000 spectateurs. Alors qu'en réalité, il y'en avait beaucoup plus. Bref, une autre époque ! Il faut dire que ce stade sonne vide et creux lorsqu'il y'a moins de 10'000 personnes mais dès qu'on franchit ce cap l'ambiance peut être magnifique ! Il y'a aussi le souvenir de ces bancs en bois dans la tribune Nord et Sud , avant qu'ils mettent des sièges en plastiques à la fin des années '80. En tant qu'enfant, j'allais au match avec mon père en Tribune Nord et je me rappelle des échardes qu'on pouvait se planter dans les fesses car les bancs étaient en fin de vie. Il y'a aussi mes souvenirs de juniors et la chance qu'on avait de s'entrainer à côté du terrain d'entrainement des "grands", lorsque on finissait notre entrainement celui des Chapuisat & Co commençait. On les regardait alors en admiration... Il ne faut pas oublier que ce stade détient toujours le record de but en Coupe du monde (le fameux Suisse-Autriche de 1954 avec 12 buts). Il restera donc, pour un moment, encore dans les mémoires. Le mot de la fin ? Adieu Pontaise et finalement qui sait ce que l'avenir te réserve.

SEBASTIEN LADOR

Mes délires avec mon ami Golay phil.De la Pontaise à toutes nos victoires...sous grand soleil , sous pluies , sous neiges...par grande challeur , par grands froids...même trempes à se les caillers...MAIS CE SERA PONTAISE FOR EVER .ALLER LAUSANNE-SPORT FOR EVER. 4 COUPES SUISSE GAGNÉES A BERNE , AI vécu ces 4 victoire ! Quand seront nous enfin Champion Suisse ? Moi , né en 1969...Pour toujours ...Pontaise ,meetings Athlétissima vécu avec 1 record du Monde 100m.hommes . Concerts Mickael Jackson , Pink--Floyd , Tina Turner et autres ! Fabuleuse Grand-Mère à garder comme lieu Historique.

CHRISTIAN MARILLI

 

ILS SE SOUVIENNENT...

" Pourtant je venais d’Amsterdam, et le stade de l’Ajax était beau, mais l’entrée de la Pontaise était magnifique, tellement majestueuse. " 

Franck Verlaat

"Les matches à domicile, de nuit, les encouragements du public et les yeux des adversaires, c’était quelque chose d’extraordinaire, absolument inoubliable."

Marcel Parietti

"On a tendance à l'oublier mais le match de 2015 contre Bienne ici fut tout de même assez fou. 0-0 à la mi-temps, on se retrouve menés 1-4 à la 78ème et on finit par s'imposer 5-4! C'est quand même exceptionnel!"

Xavier Margairaz

" J’arrivais depuis le Valais et j’avais vu jouer le LS dans l’ancien stade de Tourbillon mais je n’étais jamais allé au stade de Lausanne avant mon arrivée au club. Et ce jour-là, je me souviens très bien m’être retrouvé devant deux de mes idoles : Gabet Chapuisat et Richard Dürr, avec en arrière-plan le majestueux Stade Olympique. À ce moment-là je me suis senti tout petit et je me suis dit : mais qu’est-ce que je fais là moi ? "

Erich Burgener

" Il y avait de sacrés talents dans la volée qui a poussé la porte de la première équipe au milieu des années 2000. Il y a un certain parallèle qui peut être fait avec la génération Hottiger-Chapuisat, mais j’ai malheureusement le sentiment que certains sont passés à côté d’une plus belle carrière. "

Umberto Barberis

 
LS Short 2.jpg